Chirurgie esthétique réparatrice, les brûlures

Toute brûlure, même superficielle, doit être prise au sérieux et surveillée. La gravité d’une brûlure est jugée en fonction de son degré de profondeur, son étendue, sa localisation et l’âge du patient.

On distingue 3 ou 4 degrés de profondeur :

  • 1er degré : la peau est rouge, sans cloques, type coup de soleil ;
  • 2e degré : des cloques laissent apparaître une couleur rosée si on les perce ;
  • 3e degré ou 2ème degré profond : les tissus sont morts, des zones blanchâtres apparaissent ;
  • 4e degré : la peau est carbonisée.

La brûlure commence lorsque l’épiderme est affecté. Plus elle est profonde, plus le derme est touché.

L’étendue de la brûlure est importante car à partir d’un certain pourcentage de surface brûlée, il y a des risques de chocs hypovolémiques (dangereux).

La localisation de la brûlure est importante car si elle touche une fonction importante de l’organisme, des soins d’urgences doivent être réalisés.

L’âge est important car plus le patient est enfant ou âgé, plus il est fragile.

Lorsque la brûlure est superficielle, elle se traite avec des pansements ou/et une hydratation par perfusion. La cicatrisation est bonne.

Lorsque la brûlure est profonde, elle se traite par une intervention de greffe de peau, de greffes de lambeaux ou d’expansion cutanée. La cicatrisation est difficile.

Résultat :
Le traitement des brûlures se fait à la fois à un niveau fonctionnel et esthétique.
Les cures thermales peuvent être prescrites dès la cicatrisation afin de favoriser l’hypertrophie et la souplesse de la peau.